Les Vents de Traverse - Les Etoiles Dansantes





Il est des évènements dans la vie qui, à un moment donné, s’inscrivent en nous, nous étiquettent. D’abord, on s’y refuse. On ferme les yeux : on ne veut pas voir cette boîte, ce mot comme un passage obligé. On ne peut pas accepter qu’un petit accroc puisse avoir un tel impact sur nous. Se laisser étiqueter, ce serait se plier à cet incident, ce serait lui donner une consistance, une ampleur : ce serait être faible. Sans le vouloir, on reste dans la zone trouble du déni.

Et puis, un jour, on sort de cette zone, on la remet en question. Et si tout cela était vrai ? Parce qu’il y a cette douleur qui ne nous quitte jamais, on comprend que ce qui a eu lieu a été brutal, que « cet évènement » nous a heurté.e. On prend conscience qu’on nous a fait du mal et que c’est même peut-être un crime. On décide alors d’entrer dans la boîte : « Victime ». On sait que plus tard, quand le temps sera venu, il faudra en sortir. Cela ne veut pas dire qu’on oubliera ou qu’on effacera ce qu’il s’est passé. Au contraire, cela voudra dire qu’on aura inscrit cette douleur dans notre parcours autobiographique pour en faire quelque chose de plus beau : qu’on aura transformé « j’ai été victime de » en « je suis un.e survivant.e de ».




Charlotte intègre « Le Cube » à 17 ans, après une année chaotique. Sorte d’institution pour jeunes filles à la dérive, le Cube est un lieu clos où des équipes tentent d’éviter les naufrages de pensionnaires. L’ambiance y est collégiale : on se cherche, on blague, on se chamaille, on fume, on pleure, on se console et on rit beaucoup. On y reste le temps d’avoir « réglé son problème intérieur ».

Mais ce soir-là, une mutinerie se prépare. Des sacs de fortune sont bouclés, des draps sont noués les uns aux autres : un commando de bras cassés a décidé de fuguer. Il y a Albane la beauté froide, Vicky la doyenne, Esther la grande gueule et Mireille la petite dernière. Elles veulent de l’air et de l’aventure, elles veulent aller voir la mer. Charlotte – la nouvelle – décide de les suivre. C’est le début du grand voyage.

Au mois de mars, les Vents de Traverse vous invitent à embarquer dans un road-trip dantesque ! Véritable ode à l’espoir sur fond de comédie, cette pièce traite de violences sexistes et sexuelles mais aussi de force, de guérison et du bonheur qui est juste au bord du chemin. Alors, prêt.e.s pour le grand saut ?





Les comédien.ne.s


C’est aux cours Myriade à Lyon que Prescillia commence à développer son jeu et à aiguiser son approche théâtrale. Elle se forme par la suite à l’école des Teintureries à Lausanne pendant trois ans où elle se perfectionne et se familiarise entre autre à la danse contemporaine et au travail d’improvisation.

Prescillia Armani

Comédienne

Depuis sa sortie en 2015 de l’Acting Studio, Rodolphe s’investit dans un théâtre engagé, surtout en milieu solaire. Abordant le sexisme, les violences sexuelles, le harcèlement ou l’abandon animal, il travaille principalement avec les compagnies du Lien Théâtre, de la Rouquine et des Vents de Traverse.

Rodolphe Wuilb

Comédien

Sortie de la Scène sur Saône en 2016, Marie est une passionnée de théâtre burlesque, de clown, et d’écritures contemporaines engagées contre les discriminations. Elle intervient en milieu scolaire pour encourager le débat par le biais de l’improvisation.

Marie Hattu

Comédienne

C’est en décortiquant le comportement humain, en faculté de psychologie, que Salomé eut l’intuition qu’il fallait qu’elle élargisse la compréhension de ses semblables via une toute autre discipline : le théâtre ! Formée à Arts-en-Scène puis travaillant avec diverses compagnies lyonnaises, elle réaffirme aujourd’hui son envie de création pour questionner et faire bouger notre société vers plus d’équité.

Salomé Duc

Comédienne

Comédienne de formation en art dramatique et burlesque mais aussi en théâtre d’improvisation, danseuse, metteuse en scène, auteur, et intervenante dans des structures à caractères sociaux, elle fait aujourd’hui partie de la compagnie Les vents de traverses, du collectif Le Clap, du 13ème Cri et de La seconde meute avec qui elle continue de se former, d’évoluer, de créer et de transmettre.

Johanna Tixier

Comédienne

Formée au théâtre d’abord en Roumanie, à l’école Arts-en-Scène de Lyon dans un second temps ou encore par le biais des stages avec Jean François Dusigne, Laurent Gaudé, et Jean-Louis Martinelli, son identité artistique s’est construite au carrefour de plusieurs cultures, animée par l’amour d’un théâtre poétique et engagé, curieux et inventif, capable de briser des frontières et de déconstruire les normes.

Anca Bene

Comédienne


Les autres membres de l’équipe


Cyrielle Cormontagne, comédienne, metteuse en scène et auteure, se forme à l’école Arts-en-Scène dont elle sort diplômée en 2014, année où elle signe sa première mise en scène. Après avoir été lauréate de plusieurs concours littéraires de poésie et de nouvelles, elle se lance dans la dramaturgie et écrit les prémices de ce qui sera plus tard « Les Etoiles Dansantes ».

Cyrielle Cormontagne

Metteuse en Scène

Damien Deshaires détient une licence en communication orienté vers les nouveaux médias où il apprit à être chef de projet et à fédérer une équipe autour d’un but commun. Impliqué très jeune dans le milieu associatif, donner de son temps pour la collectivité est pour lui une valeur essentielle et naturelle.

Damien Deshaires

Scénographe


Toutes les informations sur les réservations ICI

La prochaine représentation a lieu dans…

Day(s)
Hour(s)
Minute(s)
Second(s)


Nos partenaires